Rôles des cellules myéloïdes du microenvironnement tumoral lors d'une infection par le virus oncolytique de la rougeole

Toutes les cellules nucléées peuvent détecter, limiter et signaler les infections virales à leur cellules voisines et au système immunitaire grâce à la sécrétion d'interférons de type I (IFN). Le virus atténué de la rougeole (MV) se réplique préférentiellement dans les cellules tumorales du més...

Description complète

Enregistré dans:
Détails bibliographiques
Auteurs principaux : Chatelain Camille (Auteur), Fonteneau Jean-François (Directeur de thèse), Gervois Nadine (Président du jury de soutenance), Horvat Branka (Rapporteur de la thèse, Membre du jury), Willems Lucas (Rapporteur de la thèse, Membre du jury)
Collectivités auteurs : Nantes Université 2022-.... (Organisme de soutenance), École doctorale Biologie-Santé Nantes (Ecole doctorale associée à la thèse), Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Intégrée Nantes Angers (Laboratoire associé à la thèse)
Format : Thèse ou mémoire
Langue : français
Titre complet : Rôles des cellules myéloïdes du microenvironnement tumoral lors d'une infection par le virus oncolytique de la rougeole / Camille Chatelain; sous la direction de Jean-François Fonteneau
Publié : 2023
Note de thèse : Thèse de doctorat : Immunologie : Nantes Université : 2023
Conditions d'accès : Thèse soumise à l'embargo de l'auteur jusqu'au 05 décembre 2024.
Sujets :
Description
Résumé : Toutes les cellules nucléées peuvent détecter, limiter et signaler les infections virales à leur cellules voisines et au système immunitaire grâce à la sécrétion d'interférons de type I (IFN). Le virus atténué de la rougeole (MV) se réplique préférentiellement dans les cellules tumorales du mésothéliome pleural malin (MPM) plutôt que dans les cellules saines car elles présentent souvent des défauts dans cette voie. Cependant, les cellules non tumorales du microenvironnement possèdent des voies antivirales fonctionnelles et peuvent produire de l'IFN en cas d'infection. Dans cette étude, nous avons cherché à déterminer le rôle des cellules myéloïdes dérivées de monocytes, sur l'activité oncolytique du MV et leur contribution à l'immunité anti-tumorale. Nous avons cultivé des cellules tumorales de MPM avec des monocytes préalablement différenciés, ou non, en macrophages ou en cellules dendritiques. Ces cellules cocultivées ont ensuite été infectées avec le MV. Nos résultats montrent que les cellules dérivées de monocytes peuvent limiter l action oncolytique du MV de manière spécifique au patient. Par leur production d IFN, ces cellules compensent l absence d expression d IFN par les cellules tumorales et les protègent contre l action oncolytique du MV. Toutefois, en réponse au virus, ces cellules myéloïdes génèrent également une réponse inflammatoire, qui pourrait stimuler la réponse immunitaire anti- tumorale du patient. En conclusion, cette étude souligne l'importance de prendre en compte les cellules non tumorales lors de l'évaluation de l'activité oncolytique du MV.
All nucleated cells can detect, signal and limit viral infections to their neighboring cells and to the immune system through the secretion of type I interferons (IFN). Attenuated measles virus (MV) replicates preferentially in tumor cells of malignant pleural mesothelioma (MPM) rather than in healthy cells, as they often have defects in this pathway. However, non-tumoral cells in the microenvironment possess functional antiviral pathways and can produce IFN upon infection. In this study, we aimed to determine the role of monocyte-derived myeloid cells on MV oncolytic activity and their contribution to anti-tumor immunity. We cultured MPM tumor cells with monocytes previously differentiated, or not, into macrophages or dendritic cells. These co- cultured cells were then infected with MV. Our results show that monocyte-derived cells can limit the oncolytic action of MV in a patient- specific manner. By producing IFN, these cells compensate for the lack of IFN expression by tumor cells, protecting them from the oncolytic action of MV. However, in response to the virus, these myeloid cells also generate an inflammatory response, which could stimulate the patient's antitumor immune response. In conclusion, this study highlights the importance of taking non-tumor cells into account when assessing the oncolytic activity of MV.
Variantes de titre : Roles of myeloid cells in the tumor microenvironment during oncolytic measles virus infection
Notes : Titre provenant de l'écran-titre
Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Biologie-Santé (Nantes)
Partenaire(s) de recherche : Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Intégrée Nantes Angers (Laboratoire)
Autre(s) contribution(s) : Nadine Gervois (Président du jury) ; Branka Horvat, Lucas Willems (Membre(s) du jury) ; Branka Horvat, Lucas Willems (Rapporteur(s))
Configuration requise : Configuration requise : un logiciel capable de lire un fichier au format : PDF