Évolution de l'activité physique mesurée par actimétrie chez les patients BPCO après réhabilitation respiratoire et ses déterminants

La BPCO est un vrai problème de santé publique et l'activité physique en est un facteur pronostique majeur. Les personnes atteintes de BPCO sont plus sédentaires que la population générale. Il n'est pas clair que la réhabilitation respiratoire augmente leur activité physique. L'object...

Description complète

Enregistré dans:
Détails bibliographiques
Auteur principal : Badatcheff Camille (Auteur)
Collectivités auteurs : Université de Nantes (Organisme de soutenance), Université de Nantes -- Unité de Formation et de Recherche de Médecine et des Techniques Médicales (Organisme de soutenance)
Autres auteurs : Chambellan Arnaud (Directeur de thèse)
Format : Thèse ou mémoire
Langue : français
Titre complet : Évolution de l'activité physique mesurée par actimétrie chez les patients BPCO après réhabilitation respiratoire et ses déterminants / Camille Badatcheff; sous la direction de Arnaud Chambellan
Publié : 2017
Description matérielle : 1 vol. (130 f.)
Note de thèse : Thèse d'exercice : Médecine. Médecine générale : Nantes : 2017
Sujets :
Documents associés : Reproduit comme: Évolution de l'activité physique mesurée par actimétrie chez les patients BPCO après réhabilitation respiratoire et ses déterminants
Description
Résumé : La BPCO est un vrai problème de santé publique et l'activité physique en est un facteur pronostique majeur. Les personnes atteintes de BPCO sont plus sédentaires que la population générale. Il n'est pas clair que la réhabilitation respiratoire augmente leur activité physique. L'objectif principal de cette étude était de décrire l'évolution des variables d'activité physique mesurées par actimétrie après réhabilitation respiratoire chez des patients BPCO. Cette étude rétrospective, observationnelle et multicentrique porte sur 51 patients BPCO ayant participé à un premier programme de réhabilitation respiratoire. Ils ont porté avant et après réhabilitation un actimètre pendant au moins trois jours de semaine. Après réhabilitation, le nombre de pas par jour et le temps passé à une activité physique légère avaient significativement augmenté, passant de 5362 +- 3176 à 5865 +- 3286 pas (p= 0,039) et de 3h53 +- 1h49 à 4h16 +- 1h56 (p=0,003). Un tiers des patients sédentaires ne l'étaient plus après réhabilitation. Ils étaient plus âgés (p=0,036) et moins sévères selon le stade Gold (p=0,047). La pluviométrie et la température de la journée avaient une influence sur la podométrie et l'activité légère. La température influençait aussi l'activité d'intensité au moins modérée. L'impact de la pollution atmosphérique évaluée par l'indice ATMO sur l'activité physique n'a pas été retrouvé. L'activité physique des patients BPCO s'améliore au cours de la réhabilitation respiratoire notamment la durée des activités d'intensité légère, qui représente un premier pas essentiel pour sortir du contexte de la sédentarité. Son évaluation dans la BPCO nécessite sa mesure objective car ses variables sont sensibles à détecter un changement de comportement et représente un outil éducatif pertinent, qui pourrait au-delà de la phase initiale de réhabilitation représenter une motivation outils au maintien des acquis dans la durée.
Bibliographie : Bibliogr. f. 97-105, 139 réf.