Brest en reconstruction : antimémoires d'une ville

On ne trouvera pas ici une histoire de Brest depuis sa destruction en 1944, mais une tentative d analyse historique du deuil collectif qui semble sur le point de s achever aujourd hui plus de cinquante ans après. La ville reconstruite, "Brest-la-Blanche", a été longtemps dénigrée, jugée la...

Description complète

Enregistré dans:
Détails bibliographiques
Auteur principal : Le Goïc Pierre (Auteur)
Format : Thèse ou mémoire
Langue : français
Titre complet : Brest en reconstruction : antimémoires d'une ville / Pierre Le Goïc
Publié : Rennes : Presses universitaires de Rennes , 2015
Accès : Accès réservé à la communauté de l'Université de Nantes
Accès en ligne : Accéder à la ressource
Sujets :
Documents associés : Autre format: Brest en reconstruction
Description
Résumé : On ne trouvera pas ici une histoire de Brest depuis sa destruction en 1944, mais une tentative d analyse historique du deuil collectif qui semble sur le point de s achever aujourd hui plus de cinquante ans après. La ville reconstruite, "Brest-la-Blanche", a été longtemps dénigrée, jugée laide, voire "stalinienne". Le lecteur découvrira qu elle a été pourtant objet d enthousiasme, que Jean-Baptiste Mathon, l urbaniste en chef de la reconstruction, a été bien moins autoritaire qu il ne fut dit, que les propriétaires locaux eurent leur part de décision et que nombre d entre eux participèrent à une véritable création urbaine. Les archives des Associations syndicales, ainsi que celles de l État, permettent de se faire une idée précise du jeu social que surent inventer, dans un cadre juridique relativement contraignant, les acteurs de la reconstruction. Les initiatives de ces acteurs se serait développées différemment si la ville détruite - jugée laide pourtant dès l avant dernier siècle - n avait suscité des rêveries. Brest bénéficie en effet d un fécond destin littéraire et artistique qui a contribué à forger une identité collective alimentée par la presse et les conversations quotidiennes. Cette forte présence de l imaginaire dans l histoire brestoise bouleverse les cadres d une chronologie linéaire : le lecteur saura ne pas se perdre dans une organisation multiple des temps historiques qui débute en 1794, quand le mythe brestois était dans les limbes, pour se terminer en l an 2000 par une fête nautique qui a contribué à renforcer sa notoriété mondiale.
Notes : Description d'après la consultation, 2016-03-01
Titre provenant de la page de titre du document électronique
La pagination de l'édition imprimée correspondante est de : 351 p.-[16] p. de pl.
Configuration requise : Navigateur Web
ISBN : 978-2-7535-2466-8