Hémoptysie d'origine artérielle pulmonaire : traitement endovasculaire

Objectif : Rapporter notre expérience du traitement endovasculaire des hémoptysies d'origine artérielle pulmonaire (HAP). - Patients, matériels et méthodes : Étude monocentrique, rétrospective de janvier 2008 à mai 2012. 25 patients ont été traités par voie endovasculaire d'une lésion de l...

Description complète

Enregistré dans:
Détails bibliographiques
Auteur principal : Douane Frédéric (Auteur)
Collectivité auteur : Université de Nantes -- Unité de Formation et de Recherche de Médecine et des Techniques Médicales (Organisme de soutenance)
Autres auteurs : Perret Christophe (Directeur de thèse)
Format : Thèse ou mémoire
Langue : français
Titre complet : Hémoptysie d'origine artérielle pulmonaire : traitement endovasculaire / Frédéric Douane; sous la direction de Christophe Perret
Publié : [S.l.] : [s.n.] , 2012
Accès en ligne : Accéder à la ressource
Note de thèse : Reproduction de : Thèse d'exercice : Médecine. Radiodiagnostic et imagerie médicale : Nantes : 2012
Sujets :
Documents associés : Reproduction de: Hémoptysie d'origine artérielle pulmonaire
Description
Résumé : Objectif : Rapporter notre expérience du traitement endovasculaire des hémoptysies d'origine artérielle pulmonaire (HAP). - Patients, matériels et méthodes : Étude monocentrique, rétrospective de janvier 2008 à mai 2012. 25 patients ont été traités par voie endovasculaire d'une lésion de l'artère pulmonaire (AP) diagnostiquée sur un angioscanner thoracique (ATDM) réalisé systématiquement. - Résultats :L'étiologie de l'HAP était : tumorale (n=18), infectieuse (n=5) ou traumatique (n=2). La lésion de l'AP était : une artère irrégulière passant dans le mur de nécrose (=15), un arrêt vasculaire brutal (n=6), un pseudo-anévrisme (n=4). Le traitement endovasculaire était soit une exclusion (n=16), soit une couverture par stent (n=5), ou les deux (3). Une artério-embolisation systémique était associée dans 11 cas (mixte). L'efficacité était de 92% pour 8% de morbidité. La mortalité à 30 jours était de 16%. Un patient est décédé en cours d'intervention d'hémoptysie massive. Sur un suivi moyen de 9,6 mois (0-55), 7 patients (28%) ont présenté une récidive : 3 ont été retraités avec succès par voie endo-vasculaire, 2 médicalement, 2 sont décédés d'hémoptysie massive. La mortalité était de 28% encas d'étiologie bénigne et de 66% en cas d'étiologie tumorale. - Conclusion : Au vue de nos résultats, une HAP doit être traitée par voie endovasculaire en première intention, guidé par les données angio-architecturales d'un ATDM.
Configuration requise : Un logiciel capable de lire un fichier au format PDF
Bibliographie : Bibliogr. 74 réf.
Reproduit comme : La thèse papier est la seule version officielle