Ostéosarcome, cellules souches mésenchymateuses, tissu adipeux : interactions dans des approches de reconstruction tissulaire

La réponse au traitement de référence de l'ostéosarcome (chimiothérapie et chirurgie) est insuffisante. Nous avons proposé d'utiliser les cellules souches mésenchymateuses (CSM) comme vecteur de molécules anti-résorption osseuse telles que l'ostéoprotégérine (OPG) ou le récepteur acti...

Description complète

Enregistré dans:
Détails bibliographiques
Auteur principal : Perrot Pierre (Auteur)
Collectivités auteurs : Université de Nantes -- Unité de Formation et de Recherche de Médecine et des Techniques Médicales (Autre partenaire associé à la thèse), École doctorale Biologie-Santé Nantes-Angers (Ecole doctorale associée à la thèse), Université de Nantes (Organisme de soutenance)
Autres auteurs : Trichet-Migne Valérie (Directeur de thèse), Duteille Franck (Directeur de thèse)
Format : Thèse ou mémoire
Langue : français
Titre complet : Ostéosarcome, cellules souches mésenchymateuses, tissu adipeux : interactions dans des approches de reconstruction tissulaire / Pierre Perrot; sous la direction de Valérie Trichet-Migne, Franck Duteille
Publié : [S.l.] : [s.n.] , 2010
Description matérielle : 1 vol. (218-[32] f.)
Note de thèse : Thèse de doctorat : Médecine. Biologie Médecine Santé. Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie : Nantes : 2010
Sujets :
Documents associés : Reproduit comme: Ostéosarcome, cellules souches mésenchymateuses, tissu adipeux
Description
Résumé : La réponse au traitement de référence de l'ostéosarcome (chimiothérapie et chirurgie) est insuffisante. Nous avons proposé d'utiliser les cellules souches mésenchymateuses (CSM) comme vecteur de molécules anti-résorption osseuse telles que l'ostéoprotégérine (OPG) ou le récepteur activateur de NF-kB (Rank) sous une forme soluble (Rank-Fc). Par leurs propriétés de différenciation vers la voie ostéoblastique, ces cellules pourraient également participer à la reconstruction du tissu osseux souvent dégradé près du site tumoral. Une des questions les plus controversées concerne le pouvoir inhibiteur ou stimulateur des CSM sur la croissance tumorale, qui semble variable selon l'origine des CSM utilisées, le site de la tumeur et le type de cellules tumorales employées. Concernant l'ostéosarcome, nos résultats montrent soit un effet pro-tumoral, soit un effet pro-métastatique. Les cellules d'origine mésenchymateuses semblent jouer un rôle central dans le microenvironnement des cellules tumorales. Elles pourraient être responsables des récidives locales tardives ou des évolutions métastatiques différées. Un cas clinique de récidive locale tardive d'ostéosarcome 13 ans après la pathologie initiale et 18 mois après lipomodelage de la région concernée a été observé au CHU de Nantes. L'injection de graisse autologue à proximité de cellules quiescentes potentiellement tumorales provoque une modification majeure du microenvironnement (apport d adipocytes et d'Ad-CSM, sécrétant de multiples cytokines), ce qui conduit à se poser la question de l'innocuité du lipomodelage dans un contexte post-tumoral.
The response to standard treatment for osteosarcoma (chemotherapy and surgery) is insufficient. The mesenchymal stem cells (MSCs) or osteoblast precursors may be used as vectors to produce anti-bone resorption molecules like osteoprotegerin (OPG) or receptor activator of NF-kB (RANK) soluble form (Rank -Fc). Due to their properties to differentiate into osteoblats, these cells could also participate in the reconstruction of bone tissue often damaged near the tumor site. One of the most controversial issues concerns the pro-tumor or anti-tumor effect of MSCs depending on either MSC origin or tumor type. On osteosarcoma, our results show either a local pro-tumor effect or a pro-metastatic effect. The MSCs seem to play a central role in the microenvironment of tumor cells. They may be responsible for late local recurrence or metastatic developments delayed. We report a clinical case of late local recurrence of osteosarcoma 13 years after the initial disease and 18 months after lipofilling. The autologous fat injection causes a major modification of the microenvironment of potential quiescent tumor cells. The intake of fat cells and Ad-CSM secreting multiple cytokines may influence the tumor progression and metastasis, this which leads to the question of the safety of lipofilling in a post-neoplasic context.
Variantes de titre : Osteosarcoma, mesenchymal stem cells, adipose tissue : interactions in tissue reconstruction
Bibliographie : Bibliogr. f. 191-218 [342 réf.]