Facteurs modificateurs du rétrécissement aortique : évaluation du rôle de l'hérédité

Le rétrécissement aortique (RA) est la première des cardiopathies valvulaires dans les pays industrialisés. L'étiologie dégénérative ou maladie de Mönckeberg en est la première cause. Un support génétique est maintenant admis mais le rôle de l'hérédité sur la survenue de la maladie et sur...

Description complète

Enregistré dans:
Détails bibliographiques
Auteur principal : Longueville Aurélie (Auteur)
Collectivité auteur : Nantes Université Pôle Santé UFR Médecine et Techniques Médicales Nantes (Organisme de soutenance)
Autres auteurs : Probst Vincent (Directeur de thèse)
Format : Thèse ou mémoire
Langue : français
Titre complet : Facteurs modificateurs du rétrécissement aortique : évaluation du rôle de l'hérédité / Aurélie Longueville; sous la direction de Vincent Probst
Publié : [S.l.] : [s.n.] , 2010
Accès en ligne : Accès Nantes Université
Accès direct depuis les campus, via le réseau ou le wifi eduroam, ou après connexion à l'accès nomade
Note de thèse : Reproduction de : Thèse d'exercice : Médecine. Cardiologie et pathologies vasculaires : Nantes : 2010
Sujets :
Documents associés : Reproduction de: Facteurs modificateurs du rétrécissement aortique
Description
Résumé : Le rétrécissement aortique (RA) est la première des cardiopathies valvulaires dans les pays industrialisés. L'étiologie dégénérative ou maladie de Mönckeberg en est la première cause. Un support génétique est maintenant admis mais le rôle de l'hérédité sur la survenue de la maladie et sur son évolution n'est pas connu. Une analyse rétrospective des comptes-rendus d'échographie cardiaque d un groupe de 54 patients ayant une forme familiale de rétrécissement aortique et d un groupe de 108 patients ayant une forme non familiale n'a pas montré de différence d évolution du RA au cours du temps entre les deux groupes. La maladie n'est pas plus précoce et plus grave pour les patients ayant une forme familiale puisque l'âge à la chirurgie est identique dans les deux groupes. Ceci laisse suggérer qu'il y ait un mécanisme physiopathologique commun entre les deux formes de RA.
Bibliographie : Bibliogr.