Thomas d'Aquin

Thomas d'Aquin '''Thomas d'Aquin''', né vers 1224/1225 au château de Roccasecca près d'Aquino, dans la partie péninsulaire du Royaume de Sicile (Latium), mort le à l'abbaye de Fossanova près de Priverno (dans le Latium également), est un religieux de l'ordre dominicain, célèbre pour son œuvre théologique et philosophique. Considéré comme l'un des principaux maîtres de la philosophie scolastique et de la théologie catholique, il a été canonisé le par Jean XXII, puis proclamé docteur de l'Église par , en 1567 et patron des universités, écoles et académies catholiques, par en 1880. Il est également un des patrons des libraires. Il est aussi qualifié du titre de « Docteur angélique ». Son corps est conservé sous le maître-autel de l'église de l'ancien couvent des dominicains de Toulouse.

De son nom dérivent les termes : * « thomisme » / « thomiste » : concerne l'école ou le courant philosophico-théologique qui se réclame de Thomas d'Aquin et en développe les principes au-delà de la lettre de son expression historique initiale ; * « néothomisme » : courant de pensée philosophico-théologique de type thomiste, développé à partir du pour répondre aux objections posées au christianisme catholique par la modernité ; * « thomasien » : ce qui relève de la pensée de Thomas d'Aquin lui-même, indépendamment des développements historiques induits par sa réception.

En 1879, le pape Léon XIII, dans l'encyclique ''Æterni Patris'', a déclaré que les écrits de Thomas d'Aquin exprimaient adéquatement la doctrine de l'Église. Le concile Vatican II (décret ''Optatam Totius'' sur la formation des prêtres, 16) propose l'interprétation authentique de l'enseignement des papes sur le thomisme en demandant que la formation théologique des prêtres se fasse .

Thomas d'Aquin a proposé, au , une œuvre théologique qui repose, par certains aspects, sur un essai de synthèse de la raison et de la foi, notamment lorsqu'il tente de concilier la pensée chrétienne et la philosophie d'Aristote, redécouvert par les scolastiques à la suite des traductions latines du . Il distingue les vérités accessibles à la seule raison, de celles de la foi, définies comme une adhésion inconditionnelle à la Parole de Dieu. Il qualifie la philosophie de servante de la théologie (''philosophia ancilla theologiæ'') afin d'exprimer comment les deux disciplines collaborent de manière « subalternée » à la recherche de la connaissance de la vérité, chemin vers la béatitude. Informations fournies par Wikipedia
1
2
par Thomas d'Aquin
Éd. universitaires cop. 1996
Livre
3
par Thomas d'Aquin
Commissio Leonina 1985
Livre
4
par Thomas d'Aquin
Société Saint Jean l'Evangéliste copyright 1926
Livre
5
par Thomas d'Aquin
Editions du Cerf impr. 1961
Livre
6
par Thomas d'Aquin
Gallimard cop. 1939
Livre
7
par Thomas d'Aquin
Société Saint Jean l'Evangéliste copyright 1929
Livre
8
par Thomas d'Aquin
Rialp 1980
Livre
9
par Thomas d'Aquin
Vrin 1998
Livre
10
par Thomas d'Aquin
Cerf 1962
Livre
11
par Thomas d'Aquin
J. Vrin 2006
Livre
12
par Thomas d'Aquin
Desclée & cie 1953
Livre
13
par Thomas d'Aquin
l'Harmattan 2001
Livre
14
par Thomas d'Aquin
Pontifical Institute of Mediaeval Studies 1968
Livre
15
par Thomas d'Aquin
Éd. du Cerf 1996
Livre
16
17
par Thomas d'Aquin
Desclée & Cie 1963
Livre
18
par Thomas d'Aquin
Société Saint Jean l'Evangéliste 1936
Livre
19
par Thomas d'Aquin
The Westminster Press [1953]
Livre
20
par Thomas d'Aquin
J. Vrin 1992
Livre